Facebook Ads fait un changement majeur à votre gestion de campagnes publicitaires Facebook en septembre : Il ne sera plus possible d’avoir un budget au niveau du groupe de publicités (Ad Set), tous les budgets seront au niveau de la campagne et gérés automatiquement par Facebook pour optimiser selon l’objectif donné à Facebook.

Cette option était déjà disponible pour ceux à qui ça dit quelque chose. Par contre, à partir de septembre, ça sera la seule option disponible. Maintenant, la vraie question :

Qu’est-ce que ça va changer concrètement?

Vous ne pourrez plus mettre de budget au niveau des groupes de publicités, seulement un budget au niveau de la campagne. C’est aussi simple que ça. Cela veut donc dire que Facebook optimisera selon l’objectif que vous lui donner en mettant de l’argent sur tous les groupes de publicités pour tenter d’avoir le résultat au prix le plus bas possible. Il y aura donc des groupes de publicités avec 10$ de dépense et d’autres avec tout le budget.

Cela vient donc rire un peu des plans médias.

L’interface vient donc changer et offrira seulement le budget au niveau de la campagne :

Et le résultat de changement au niveau du groupe de publicités:

 

Et est-ce que c’est une bonne nouvelle?

Comme n’importe quoi, ce n’est pas aussi simple que ça. La bonne nouvelle est surtout pour les personnes qui n’aimaient pas optimiser leurs campagnes. Cela va aider la performance de celles-ci, c’est sur et certain.

C’est aussi une bonne nouvelle pour tous ceux qui avaient de la difficulté à respecter les budgets, car là, vous ne pourrez vraiment pas dépasser la limite mise au niveau de la campagne.

Facebook le voit comme une bonne nouvelle, car si les résultats sont meilleurs, les utilisateurs vont mettre plus d’argent.

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour toutes les agences qui avaient des plans médias bien définis et que le respect des montants est important.

 

Comment contourner ce changement?

Techniquement, c’est assez simple : cette façon d’optimiser vous donne le droit de mettre une limite inférieure et supérieure souhaitée à vos groupes de publicités. Vous pouvez donc mettre le chiffre voulu comme minimum et maximum et vous aurez de bonnes chances de respecter vos budgets. Je ne pense pas que cette méthode est fiable à 100%, car ce n’est pas exactement le but de ces réglages, mais c’est à essayer. Par expérience, cela marche pour forcer à dépenser un groupe de publicités, que celui-ci performe ou non.

Sinon, l’autre méthode est d’avoir autant de campagnes que de ciblage que vous désirez. Je ne conseille pas exactement ce genre de séparation.

 

Quoi faire avec ça? Mes conseils

Essayez-le! En toute honnêteté, j’étais septique. Ça fait 4-5 ans que je fais de la publicité sur Facebook et je n’ai jamais fonctionné de cette façon (bien sûr, ce n’était pas disponible jusqu’à récemment). J’ai fait de la réticence au changement, tel qu’il se doit. Par contre, j’ai été surpris. Ça optimise, c’est la réalité. Cela donne de très bons résultats quand vous hésitez dans la performance entre différents ciblages.

Notez quand même qu’il sera rapidement conseillé d’avoir des campagnes différentes lorsque vous désirez vraiment avoir des ciblages différents qui ont un budget précis. Je parle bien sûr de la différence entre remarketing et prospection (ou du nombre de différents groupes de ciblages que vous avez).

Il faut être très transparent avec Facebook quant au niveau de votre objectif de campagne. Si votre objectif est les clics, choisissez les clics. Si votre objectif est un objectif de conversion X, choisissez cet objectif. Facebook va choisir son audience en lien avec cet objectif.

Il faut quand même faire attention de ne pas trop ajouter de groupes de publicités, car Facebook doit, en guise d’optimisation, dépenser un peu dans chaque groupe de publicités pour être certain de trouver le groupe de publicités le plus efficace.

 

J’espère que j’ai répondu à vos questionnements, sinon n’hésitez pas à m’écrire.

Thoma Daneau

Auteur Thoma Daneau

Passionné du web depuis plusieurs années, le marketing numérique commence à lui révéler tous ses secrets.

Plus d'articles de Thoma Daneau